Hello Thanx - Hello Thanx

Publié le par Merrick


Lundi matin. Du mal à me lever, pas envie d'aller travailler. Failli me faire écraser par une auto, évité de justesse un vélo. Pas eu le temps de boire un café, pas vu en sortant que j'allais être trempée. Bref, le genre de lundi pourri-moisi que, à l'instar de l'ami Garfield, on déteste. Et bien ce lundi là, c'est Hello Thanx qui me l'a sauvé. Cinq petits titres qui n'ont a priori l'air de rien… Et pourtant je me retrouve au-dessus du périphérique à oublier tous les déboires de mon lundi moisi et chanter le refrain traînant de Everyone goes too fast, « I miss you babe » sur fond de boucles de guitare et de basse un peu Britpop nineties, un peu GlamRock seventies. So British ! Dans tout ça, on est projeté de l'autre côté de la Manche, et c'est cela le plus exquis. La voix fluette, le timbre grésillant qu'on imagine sorti d'une radio des années 50 de surprenante devient prenante… Always I wish en est un exemple parfait avec l'émotion de fredonner « always be with you, this is what I wish, forever with you… » qui accélère et stoppe en volutes comme une marée capricieuse. Avec Hello Thanx, on retrouve le plaisir simple d'écouter de la musique pour ce qu'elle est, des harmonies, des accords et de se laisser porter, bercer sans penser à rien d'autre. La rythmique de Hello Thanx s'appuie aussi sur un son séduisant, attirant, engageant, charmant, enfin bref qui donne envie de danser malgré soi (au dessus du périphérique, ça donne, vous devriez essayer !) : Show me all, cela rappelle certaines images, un peu l'enfance GlamRock d'Hedwig, qui, avant de chanter son Angry Inch, faisait des bonds de cabri de 4 mètres sur son lit. Des rythmes un peu nostalgiques d'une pop qu'on n'entend plus, qu'on ne joue plus de cette façon en tout cas : la batterie et les waouuu des chœurs de Without you en donnent le ton « I can't follow you, you don't go anywhere… ». On continue jusqu'au bout à n'être plus que dans la musique, avec What you can say, « what you can do », basse, guitare puis batterie qui démarre, on continue de trottiner sur son chemin sans prendre garde à ce qui nous entoure. Cela fait tellement de bien d'avoir l'esprit qui décroche pour ne plus suivre que des notes de musique. La pop est éternelle. En voilà encore une belle preuve avec Hello Thanx. Hello guys, and welcome !

 

Fluffy

 

 

Monday morning. Twas difficult to get up, don't want to go to work. Not far from being hit by a car, just avoided a bike coming from my right side. Not had time to take a coffee, not seen that I would be soaked after walking ten minutes outside. In short, this is the type of rotten-mouldy Monday which I hate, praising my friend Garfield's philosophy. And you know what? My rotten Monday, Hello Thanx changed it into gold. At first sight, the five little songs did not seem very significant… however, I find myself on the bridge over Paris ring road, forgetting all the difficulties and disappointments of my mouldy Monday. How? By singing the drawling tune of Everyone goes too fast, « I miss you babe » on a background of guitar and bass loops partly Britpop nineties, partly GlamRock seventies. So British ! With all that, we are sent away on the other side of the Channel: this is the funniest and most pleasant part. The piping voice, the crackling tone we think transmitted by a radio set bought in the fifties, from surprising becomes captivating… Always I wish is a perfect example through the intense emotion with which we hum « always be with you, this is what I wish, forever with you… » on a tune that speeds up and slow down in whirls, like a fussy tide. With Hello Thanx, we find again the mere pleasure to listen to music for what it is, harmonies, chords, the pleasure to let us go, let us rock without thinking to anything else. Hello Thanx' music is also supported by an appealing, attractive, charming, seducing, sound, that leads us irresistibly to dance at the end (just above the ring road, that's great, you should try it!). Show me all reminds me of some photos, a little like Hedwig's GlamRock childhood, when, long before singing the pain of his/her Angry Inch, he jumped like a cat on his bed listening to rock music. Those rhythms, somewhat nostalgic, bring back a pop style that we don't hear anymore or at least that is not played this way anymore: the drums and the waouuu chorus in Without you set the key: « I can't follow you, you don't go anywhere… ». We continue to the end to remain inside the music, just and only inside the music, with What you can say, « what you can do »: bass, guitar then drums playing, we go on walking our way without noticing the world that buzzes around us. It feels so good to have our mind escaping from earthly troubles to follow only notes and keys. Pop is eternal. Here is another great proof with Hello Thanx. Hello guys, and welcome !

Fluffy

www.myspace.com/hellothanx

Commenter cet article